Nicolas Sidoroff

Pour vite sortir des "diplômes" (ingénieur INSA de Lyon en 1995, DE musiques actuelles amplifiées au Cefedem Rhône-Alpes en 2005), deux axes de présentation sont possibles.
Le premier est musical, au sens large :
  • pas uniquement sur scène ! Il existe beaucoup d'autres formes et contextes pour des actions musicales.
  • avec des personnes très différentes (par ex. celleux qui se disent "non-musicien-nes")
  • en interaction inséparable avec les dimensions sociales et politiques.
C'est une manière de dire qu'il préfère se considérer comme un être humain, avant [d'avoir la chance] d'être un citoyen, et après seulement quelqu'un qui fait quand même beaucoup de musique, et assez régulièrement trompettiste (Miss Goulash, cie AlbaTros, les différentes facettes de Spirojki, Koodakood, Mawaar, etc.)
Le deuxième est un autre fil rouge, l'action collective : faire ensemble, faire faire ensemble, « la capacité durable et forte, de groupes sociaux "dominés", de transformer les règles du jeu » (Lettre de la FFMJC n°9, 1996, p. 8).

En septembre 2015, il a repris des études, adossées à l'axe C "Education tout au long de la vie" du laboratoire Experice, en Sciences de l'éducation à l'université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis. Après un M2, il prépare un projet de thèse avec Pascal Nicolas-Le Strat. Ce laboratoire a plusieurs singularités qui font toute sa richesse : il porte considération à toutes les pratiques sociales ; il est le lieu de travaux essentiels sur l'éducation populaire politique et l'analyse institutionnelle ; il a été à l'initiative de la très belle (trop courte) aventure de l'U2P8.

Son temps non directement trompettistique et cefedemien se distribue entre : ARTe[F]act (ART Et Formation en ACTes), Canopéea (Collectif pour des Assises Nationales Ouvertes sur les Pratiques, l'Éducation et les Enseignements Artistiques), PAALabRes (Pratiques Artistiques en Actes, LABoratoire de RechercheS), les Fabriques de sociologie, un collectif d'étudiant-es et doctorant-es de Paris 8...