Bandeau JRD Oct2017
Date: 
Lundi 16 octobre 2017 - Mardi 17 octobre 2017
Lieu: 
Salle des fêtes et Conservatoire de Musique et de Danse de Voiron
Partenaires: 
Organisée par le Cefedem AuRA, le CMTRA, le CREEA Isère, l’ADICARA, l’ENM de Villeurbanne et la Ville de Voiron en partenariat avec le CNFPT, le Département de l’Isère et l’ADDACARA.
Présentation: 

Dans le paysage de la transmission musicale, il est de plus en plus question de pédagogies collectives et de dispositifs innovants : les orchestres à l’école se développent par le groupe et le temps partagé, les écoles de musique n’ont plus pour seul modèle le cours individuel et le planning composite. Dans et hors les murs, de nouvelles équipées se forment entre artistes-enseignants, acteurs éducatifs, sociaux et culturels vers les publics et les territoires les plus éloignés de l'offre culturelle.  Qu’en est-il aujourd’hui de ces nouveaux dispositifs et du voisinage avec les anciens ? Sont-ils réservés à certaines esthétiques ? Sont-ils liés à la seule recherche de nouveaux publics ou refondent-ils les logiques et les cursus des établissements d’enseignement musical ? Forment-ils mieux de futurs artistes, acteurs dans la vie de la cité, ou y a-t-il à terme antinomie entre dynamique collective et excellence individuelle ? Face à ces questions cruciales pour l'avenir de l'enseignement artistique, nous vous proposons ces deux journées d'échanges de pratiques et de points de vue pour mieux penser et imaginer ensemble une éducation musicale ancrée dans la réalité des territoires et des besoins sociétaux contemporains.

 

Pré-inscriptions et demandes de renseignement sur ce formulaire en ligne

 

Public :
Enseignants artistiques,  musiciens intervenants, directeurs d'établissement d’enseignement artistique, étudiants, responsables de services culturels, professionnels du secteur social...

Programme: 

LUNDI 16 OCTOBRE : QUELS DISPOSITIFS, QUELLES PRATIQUES, QUELLES NOUVEAUTÉS ?

9h30 : INTRODUCTION - SALLE DES FETES DE VOIRON
Pratiques musicales collectives et choix pédagogiques : quels héritages, quelles innovations, quelles perspectives?
Hélène Gonon, formatrice en sciences de l'éducation au Cefedem Auvergne Rhône-Alpes 

10h : TABLE-RONDE ET ECHANGES AVEC LA SALLE
Dispositifs de pratiques musicales collectives, à l’école ou dans la ville
Les pratiques instrumentales collectives sont de plus en plus largement envisagées comme une voie pertinente d’« entrée en musique »,  mais aussi comme outil de diversification des publics, et de connexion à la vie des territoires. Qu’en est-il aujourd’hui, quels bilans peut-on tirer de ces années d’expériences réalisées, de dispositifs inventés, développés, repensés ? Comment les pionniers ont-ils essaimé et comment les acteurs évaluent-ils leur actions ? Quels enseignements (sinon conclusions) peut-on en tirer aujourd’hui pour préparer l’avenir, pour continuer, par les pratiques musicales et artistiques, à créer des liens, des rencontres, des interactions entre les personnes et les cultures ?
Avec :
Leonardo Garzon, directeur du programme CLAN à Bogota, Colombie
Jacques Moreau, directeur du CEFEDEM Auvergne Rhône-Alpes
Gilles Delebarre, responsable pédagogique et éducatif du programme DEMOS
Association Orchestre à l’école – intervenant(e) à confirmer
Martial Pardo, directeur de l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne
Modération : Marion Fourquier (à confirmer)


12h30 : PAUSE DEJEUNER

14h : ATELIERS AU CHOIX - CONSERVATOIRE DE MUSIQUE ET DE DANSE DE VOIRON

1. Un projet, un orchestre : et après ? Quelles continuités imaginer ?
Comme tout projet d'action pédagogique impliquant une pratique soutenue, l'acquisition d'un nouveau langage ou l'implication de "nouveaux publics", les différents dispositifs de pratique musicale collective dont il est question dans ces journées de rencontres posent la question de leur pérennité. Comment "l'après" des orchestres à l'école, des orchestres Démos ou des classes à projet musique est-il envisagé pour les jeunes musiciens arrivant en fin du cycle scolaire ou institutionnel qui encadre ces actions ? Quelles passerelles sont-elles mises en place afin de permettre à celles et ceux qui le souhaitent de rejoindre les cursus d'un Conservatoire ou d'une école de musique ? Peu d'études se sont penchées sur le parcours musical des enfants et adolescents après leur sortie de tels dispositifs. Qu'en disent les acteurs de terrain, les enseignants ?

2. L’organisation pédagogique : le temps, les formats
Séances hebdomadaires à l’année, séquences par projet, alternance de périodes, intervalles de tuilages, phases en autonomie, planning composite ou matrice partagée, la polyrythmie se complexifie. De « nouveaux » dispositifs réaménagent ainsi le temps, mobilisant plus structurellement les élèves en groupe et les enseignants en collège. Le Schéma d’orientation recommande la classe unique où "plusieurs enseignants se réunissent dans un temps et un lieu unique pour aborder ensemble, dans un projet pédagogique global, les domaines de la pratique et des connaissances qui y sont associées ». Qu’en est-il de ces divers formats et quelles ingénieries génèrent-ils ? Atteint-on le même niveau, la même technicité ? L'élève y trouve-t-il plus d’autonomie ou est-il « noyé » dans le groupe ?

3. Les collaborations interprofessionnelles
La réalisation, et plus encore la pérennisation d’une offre extra-muros de pratiques musicales collectives nécessitent des collaborations et des partenariats. Les exemples sont nombreux et les montages divers, leur point commun étant la conscience des bénéfices apportés par l’association des compétences respectives de différents acteurs : culturels, artistiques, sociaux, sanitaires, associatifs, éducatifs... Comment passer de l'intention à l'initiative partagée, puis à de réelles capacités à travailler ensemble ?

 

MARDI 17 OCTOBRE : ACTEURS, MISSIONS, POLITIQUES CULTURELLES, UNE NOUVELLE PARTITION POUR LA TRANSMISSION MUSICALE ?

9H15 : OUVERTURE MUSICALE 
Avec le Jules Ferry Brass Band, un orchestre de trombones et trompettes à l’école élémentaire Jules Ferry, quartier Baltiss de Voiron

9H30 : INTRODUCTION
Missions, territoires, politiques culturelles : une nouvelle partition pour la transmission musicale ?
Isabelle Piot, membre de l’ADDACARA  (association des DAC de Rhône-Alpes).

10h : TABLE RONDE ET ECHANGES AVEC LA SALLE
Publics, territoires et diversité musicale : comment fabriquer la rencontre ?
Les programmes d'enseignement musical dont il est question dans ces échanges sont à la fois situés dans un territoire aux caractéristiques socio-spatiales et culturelles propres, et dirigés vers des publics spécifiques. Se pose alors la question des esthétiques musicales mobilisées dans ces pédagogies collectives, et de leur articulation avec les enjeux culturels et sociaux de leurs territoires d'implantation. Y aurait-il des répertoires plus adaptés que d'autres à l'apprentissage collectif ? Faut-il adapter le répertoire au territoire et si oui, selon quels types de correspondance ? En quoi ces questions concernent-elles une politique culturelle globale attentive à la mise en œuvre des droits culturels sur les territoires ?
Avec :
Marion Fourquier, directrice du Conservatoire de Meyzieu
Louis Jacques, musicien, enseignant aux Brayauds – CDMDT 63
Eric Schirmacher, coordinateur des projets de territoire, Villes des Musiques du Monde
Ecole de l’oralité – Canticum Novum (intervenant à confirmer)
Modération : Hélène Gonon, formatrice en sciences de l’éducation au Cefedem Auvergne Rhône-Alpes.


12h30 : PAUSE DEJEUNER


14h : ATELIERS AU CHOIX

1. Préparer le terrain ?
Construire une offre pédagogique adaptée aux réalités d'un territoire implique avant tout de connaître les besoins, les attentes, les réalités sociales, socio-spatiales et culturelles de ses habitants. Comment s'engager dans une telle démarche de connaissance ? De quels outils les conservatoires, associations et pouvoirs publics disposent-ils pour appréhender au mieux les pratiques musicales, culturelles et cultuelles, les histoires familiales et communautaires qui coexistent au sein d'un quartier, d'une ville ? Ces formes d'attention peuvent-elles devenir le levier de politiques culturelles locales plus inclusives, attentives à la pluralité des cultures mais également des générations ?

2. Oralité, écriture, improvisation, numérique... : apprendre la musique autrement ?
Dans toute leur diversité, les dispositifs de pratiques musicales par le collectif présentent autant de manières différentes d’apprendre et de faire de la musique, d'apprendre la musique en la faisant.  Ils sont souvent l’occasion d’essayer, d’explorer, des esthétiques, des répertoires, des modes de transmissions, le recours ou pas au codage, à la mémorisation, à l’imitation, à la coopération...  En quoi ces dispositifs questionnent-ils les modèles existants ? En quoi y apprend-on "différemment" la musique ? Dans quels objectifs, et avec quels effets ?

3. Des publics dans et hors établissement : une circulation permanente à inventer
À la rencontre de nouveaux publics, les établissements de transmission musicale et les enseignants sont sortis de leurs salles de cours et ont mis en place des dispositifs innovants dans les écoles et dans les quartiers, permettant ainsi de toucher une diversité d’habitants. Comment, au sein même des établissements, intégrer ces nouveaux publics de manière non stigmatisante, et quelles réformes cela induit-il dans les cursus et dans les calendriers ? Comment ne pas cantonner certains publics en dehors de l’établissement et dans des projets ponctuels ? Quelles peurs cela soulève-t-il quant à la qualité de la transmission et aux habitudes d’enseignements ?


16h30 : Synthèse des deux journées et ouvertures prospectives