Enseigner la musique n°12 - Marcel Landowski, une politique fondatrice de l'enseignement musical

Couverture - ELM12
Date de parution: 
novembre 2014
Sommaire: 

Éditorial Appel à communication Avant-propos par André Dubost L’histoire d’une recherche I. La politique musicale et l’action culturelle (1962-1966) L’installation d’une commission ministérielle Les travaux de la commission nationale d’études pour les problèmes de la musique La contestation des travaux de la Commission nationale La cristallisation des oppositions Le choix d’une Direction autonome pour la musique II. Le conservatoire national supérieur de musique dans la politique de l’enseignement musical de Marcel Landowski Le conservatoire national supérieur de musique de Paris, institution centrale de la vie musicale Formation virtuose et démocratisation : une logique professionnelle Le cycle de perfectionnement Mai 1968 au conservatoire national supérieur de musique Les réformes au CNSM obtenues en 1968 Le problème des locaux III. La réforme de l’enseignement musical spécialisé L’enseignement musical dans le Plan de dix ans Les conservatoires nationaux de région, «rouage essentiel» de la politique de l’enseignement spécialisé Les écoles nationales de musique, échelon intermédiaire Les écoles agréées : l’extension du modèle du CNR vers la base Le Plan de dix ans pour l’enseignement musical, bilan et poursuite IV. L’action de Marcel Landowski en faveur de la musique dans l’enseignement scolaire Le problème de la place de la musique dans l’enseignement général Reconsidérer la musique dans la hiérarchie des disciplines scolaires Aimer la musique pour l’apprendre Le baccalauréat Lettres-Art option musique Une analyse de la situation de l’enseignement de la musique à l’école acceptée par l’Éducation nationale L’action pédagogique du Service de la musique L’intervention musicale en milieu scolaire La musique à l’école en 1974. Bilan et perspectives V. La politique d’animation musicale de Marcel Landowski L’animation musicale dans le projet de la commission nationale pour l’étude des problèmes de la musique L’animation musicale, une politique reprise par Marcel Landowski Les animateurs musicaux, correspondants en région du Service de la musique L’action des animateurs musicaux entre 1967 et 1970 Bilans et évolution de l’animation musicale après 1968 L’animation musicale réorganisée par le Plan de dix ans L’évolution de l’animation à partir du Plan de dix ans Un premier bilan de l’animation musicale Conclusion : la musique en-dehors Bibliographie Repères biographiques Plan de dix ans pour l’organisation des structures musicales française Table des matières Publications du CEFEDEM Rhône-Alpes

Editorial: 

La France dispose d’un réseau d’établissements spécialisés d’enseignement de la musique extraordinairement dense, extraordinairement structuré aussi. Fruit d’une politique très volontariste, l’enseignement de la musique est devenu un des principaux services culturels offerts par les municipalités, qui en portent l’essentiel de l’effort matériel et financier. Si la présence d’une école de musique ou d’un conservatoire au sein d’une cité semble aujourd’hui relever de l’évidence, le modèle sur lequel fut fondé, au fil du temps, l’enseignement spécialisé demeure méconnu. Des choix furent faits, des conceptions artistiques se déterminèrent, une pédagogie se précisa, chargée de mettre en œuvre les options prises. Même les logiques d’aménagement du territoire se mêlèrent intimement à la définition de l’organisation de l’éducation musicale. Mais au fond, que savons-nous de cette histoire singulière qui façonna le modèle français de l’enseignement musical ? Pourtant, ce modèle demeure structurant. Par-delà les évolutions notables des établissements spécialisés, on lit en filigrane les traces d’un passé, parfois récent, qui a marqué les structures et l’organisation des métiers, tracé une ligne de partage fort spécifique entre pratiques amateures et professionnelles, imprégné les pratiques pédagogiques d’enjeux particuliers. Comment penser l’avenir, voire le présent, en ignorant d’où l’on vient ? Nous avons souhaité permettre aux professionnels de disposer d’une lecture de leurs métiers permettant la mise en perspective et le recul. Voilà pourquoi il a paru indispensable à la rédaction d’Enseigner la musique de publier cet ouvrage de Noémi Lefebvre consacré à Marcel Landowski. Mieux connaître cette période particulièrement fondatrice permet d’alimenter la mémoire de la profession et d’affiner ainsi sa culture propre. Les travaux menés par Noémi Lefebvre et Anne Veitl sur Maurice Fleuret constituent avec le présent ouvrage une somme sur l’action publique dans le domaine musical au XXe siècle : nous nous réjouissons que celle-ci soit enfin disponible dans sa globalité. Bien des choses, sans doute, ont changé depuis les années 1970. Il devient de plus en plus évident que les musiciens des institutions, tout comme ceux qui œuvrent dans le cadre associatif, ont progressivement transformé les usages tant pédagogiques qu’artistiques des enseignements musicaux. Le monde contemporain frappe à leurs portes, et parfois avec force : comment penser non seulement la formation des amateurs, mais aussi leurs modes de pratiques, comment diversifier les pratiques de la musique de manière à accueillir des publics socialement bien plus divers et comment penser des lieux eux aussi plus divers, que faire des musiques non patrimoniales, ou plus exactement non patrimonialisées, comment refonder la philosophie et la pratique de la relation du musicien au monde et à la société, avec quels outils appréhender les incessantes innovations des modes de production et de diffusion de la musique ? Ces défis que relèvent aujourd’hui les musiciens supposent de pouvoir réinterroger les structures, les repères, les conceptions des modèles hérités. Parfois l’énergie y suffit, parfois il faut refonder. Dans tous ces cas, il est nécessaire de connaître d’où l’on vient, et l’esprit qui a taillé les représentations, les valeurs, les structures : cette livraison d’Enseigner la musique y aidera. C’est un livre d’histoire, en un sens : une histoire de la musique, ou plus exactement de la manière dont se crée cette chose à la fois sensible, institutionnelle et politique que nous nommons musique. Nous remercions vivement le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication d’avoir accepté le principe de cette coédition et de permettre ainsi cette publication. Nos remerciements vont aussi bien sûr à Noémi Lefebvre, bien connue de nos lecteurs pour ses nombreuses contributions à notre revue. Jacques Moreau Eddy Schepens