De la musique dans la vraie vie au projet d'école de musique : quelle transposition ?

La musique dans la société, toutes esthétiques confondues, se pratique, s'écoute, se partage selon certaines modalités, certains rites, certaines habitudes, explicites ou implicites. L'école de musique, de son côté, à l'écart de la société civile, a ses propres modalités, rites, habitudes, explicites ou implicites, mais différents des précédents. Dans cette perspective, comment transposer les modes opératoires en œuvre dans « la vraie vie » pour les faire vivre et les rendre enseignables sous forme de projets à l'école de musique, compte tenu des spécificités et des nécéssités pédagogiques de ce lieu particulier ? 

 

| La musique dans les institutions VS la musique hors institutions |

 

Toute personne ayant été en contact avec ces deux mondes le sent : il existe souvent un écart entre la musique telle que pratiquée dans les institutions d'enseignement et la musique telle que pratiquée en dehors de celles-ci. Les musiciens, qu'ils soient intermittents ou amateurs, qu'ils jouent en groupe de métal ou en orchestre symphonique, apprennent à jouer des morceaux et répètent, peuvent composer et faire des concerts, mais ça ne s'arrête pas là ! Il existe une multitude d'autres activités faisant souvent partie intégrante de leur pratique, qui comprend ainsi sessions d'enregistrement, recherche d'univers visuel, communication, tournage de clips, démarchage de concerts mais également partage de moments conviviaux, discussions passionnées autour d'une bière etc. Faire de la musique, c'est tout cela et bien d'autres choses encore, un ensemble de pratiques sociales interconnectées propre à chaque musicien, à chaque formation.

La vie d'un élève musicien en école est la plupart du temps bien éloignée de cette réalité. Il assiste à ses cours d'instrument et de formation musicale, doit travailler chez lui ce qu'on lui a enseigné, et joue parfois avec des élèves pratiquant des instruments différents, souvent dans le but de présenter des morceaux lors d'un concert permettant de valoriser l'établissement. Bien que ce portrait semble caricatural et ne vise en aucun cas la généralisation, il est certain qu'il fera écho au parcours de nombreux musiciens.

Cet écart constaté entre l'intérieur et l'extérieur des institutions nous donne ainsi à voir dans le fonctionnement de nombre d'écoles la dénaturation, la décontextualisation de pratique musicale qu'elles se fixent pour but d'enseigner.

 

Afin de remédier à ce qui nous semble être des problèmes, quels outils seraient susceptible de nous aider à penser des structures d'enseignement permettant d'enrichir le parcours des élèves d'autres pratiques sociales de la vie de musicien ? Parmi les lieux inspirants auxquels on peut se référer pour avancer dans cette direction, nous vous proposons d'en présenter un : la Fraternelle de Saint Claude.

 

| La Fraternelle  |

 

Issue d’un cercle ouvrier créé à Saint-Claude à la fin des années 1870, puis transformée en coopérative d’alimentation en 1881, La Fraternelle se distingue radicalement en prévoyant le reversement intégral des bénéfices à une caisse sociale permettant la mise en place de services de prévoyance, de secours, de retraite et d’entraide avec les autres coopératives. C’est toute une philosophie, une culture sociale, politique et syndicale qui se met alors en place. L’association La fraternelle fait revivre depuis 30 ans ce bâtiment de 4000m2. C’est aujourd’hui, un espace culturel et artistique, lieu de mémoire, de diffusion et de création contemporaine implanté au cœur de la ville et du Haut-Jura : café, cinéma, théâtre/danse, musiques/D’Jazz au Bistro, atelier de sérigraphie, artothèque, archives, boutique.


https://www.maisondupeuple.fr

Que peut faire un groupe de musique là-bas?

Il peut non seulement faire de la musique stricto sensu, c'est à dire faire une résidence ou un concert, mais le lieu lui offre également la possibilité de s'adonner à moultes autres pratiques faisant partie intégrante de la vie de musiciens : il y a un atelier de création graphique, une imprimerie, des outils de diffusion et de médiation, les zikos peuvent s'engueuler à propos de leur dernière compo autour d'une bière au bar, puis faire dodo car il y a aussi un hébergement ...

Le lieu à été pensé pour que chaque corps de métier puisse travailler ensemble et avoir accès aux connaissances de chacun.es tout en restant soucieux de partager se potentiel créatif avec le public. Il n'est pas rare que des séances de résidence qui se passent au bar soient publiques, ainsi la proximité et la convivialité donnent à voir et/ou à entendre permettant de sensibiliser le public mais aussi les "acteurs" de la Fraternelle aux conditions de la création. (pas très clair...)

L'exemple de la Fraternelle nous montre qu'il est possible d'imaginer des lieux de vie regroupant différentes pratiques artistiques, où faire de la musique, ce n'est pas juste faire une répète ou un concert puis s'en aller. Comment prendre appui sur la Frat' pour penser un lieu d'enseignement moins autarcique que beaucoup d'écoles de musique que nous connaissons ? Et à l'aide de quels outils théoriques ?

 

| Quelques apports didactiques, bienvenue dans la noosphère!  |

 

Pratique sociale de référence

Le concept de « pratiques sociales de références » a été développé par J.L.Martinand dans les années 1980, avec la préoccupation de l'enseignement de la technologie au collège. Jusque là cet enseignement se basait sur des exercices très ciblés et détachés de toute réalité concrète ; mais l'évolution de l'enseignement de cette matière a introduit des travaux manuels beaucoup plus proches des réalités de la production d'objets. C'est ainsi que le souci de l'authenticité de travaux proposés, pour avoir du sens aux yeux des élèves, doit pouvoir être mise en face d'une réalité hors de l'école, une réalité issue du monde du travail, de la « vraie vie ».

Ainsi, était-il nécessaire de choisir des pratiques professionnelles en référence aux enseignements, mais aussi des pratiques plus proche de la vie courante, partagées par une communauté plus proche de celle des élèves. Ainsi le terme de Pratiques sociales de référence contient-il les idées d'activités concrètes et identifiables de modification de données ou de matière, partagées par une communauté d'individus importante, servant de modèle aux enseignements.

En se penchant de plus près sur ces pratiques sociales de référence, on se rend vite compte qu'un nombre important d'actions nécessaires à la production d'objets (matériels, intellectuels ou artistiques) qui n'apparaissait pas en ne regardant que l'aspect théorique se présente à l'analyse, et que seul l'ensemble cohérent de toutes ces actions permet à l'élève de se faire une représentation complète du processus, et donc de percevoir du sens dans les enseignements proposés.

Si l'on en revient à notre sujet musical, une démarche similaire conduit bien évidemment à requestionner l'enseignement de la musique, et à se demander quelle place donner à quelles pratiques sociales de référence, et de quelle façon les intégrer au processus de transposition didactique qui précède à toute transmission de savoir. Or, les enseignements courament dispensés dans les écoles de musique et conservatoires sont très étroitement centrés sur la pratique d'un instrument et de quelques « accessoires », comme la lecture et l'écriture.

Dès lors, comment la réalité des pratiques musicales peut-elle prendre sens aux yeux des élèves, si l'image qu'ils en recoivent est amputée de toute les actions, certes moins visibles, moins directement musicales, mais cependant fondamentalement indispensables à la réalisation de l'objet musical, que révèlent les pratiques sociales de référence ?

Un extrait de Connaitre et transformer la matière, de Jean-Louis Martinand :
http://www.portices.fr/formation/Res/Info/Dimet/TextesClg/86Psr.html

Et un article de l'université de Lorraine traitant de ce sujet :
https://wikidocs.univ-lorraine.fr/pages/viewpage.action?pageId=117999518


Pédagogie du projet

Cette notion nous permet, comme celle de pratique sociale de référence, de redonner du sens à l'enseignement, mais aussi à poser la question de la place du prof. Avec la pédagogie du projet, on peut voir celui-ci non plus comme une personne déversant son savoir dans le crâne des jeunes ignares passifs, mais comme quelqu'un ayant pour fonction de mettre en place les conditions adéquates pour que les élèves soient actifs dans la démarche d'apprentissage, qu'ils se heurtent à des problèmes lors de la conception d'un projet et qu'ils soient capables d'élaborer des solutions et ainsi de réaliser les apprentissages visés.

Apprendre en projet de Michel Huber [fiche de lecture – livre emprunté au cefedem – chronique sociale 2005]

Dès la maternelle on peut créer des projets qui donnent du sens aux apprentissages et sociabilisent les élèves. Il s’agit de laisser le temps de donner du sens en préparant notamment des séquences de situations problèmes enchaînées qui préparent le terrain et confronte l’élève aussi bien à sa propre réalité qu’à celle des autres, du monde et du passé. ces situations donnent lieu à des discussions qui formalisent le projet.

Ensuite on réfléchi et à nouveau sous forme de situation problème. Comment est la question principale cette fois. On recherche des outils et on réfléchi à comment les classer et en produire nous-mêmes. On fait de même pour comment communiquer nos réponses aux autres. Dans le secondaire si il existe des PAE (projet d’action éducative) en plus de l’emploi du temps, c’est un tremplin pour construire ses propres cours hors du traditionnel CM. Tous les enseignements s'y prêtent, individuellement et en équipe ( formation, conseil d’établissement avec délégués élèves) de façon transversale.

Références théoriques : Edgar Morin,  Jean Piaget, Yves Saint Arnaud et Henri Wallon.

Dans cette pédagogie, il s'agit toujours de pouvoir rendre efficace le processus par lequel les élèves vont poursuivre leur apprentissage. Il est donc théorisé pour nous aider selon un plan plus ou moins détaillé :

"gestion de projet:  problématiser - organiser - se documenter - critiquer contrôler - rendre compte"
Cf tuto pédagogie de projet : Cyril Lascassies : https://www.youtube.com/watch?v=m2Bcae6aF5k

Le projet est un outil parmis d’autres mais qui induit une meilleure adaptation des élèves aux autres méthodes et un questionnement riche pour eux sur les méthodes employées par les éducateurs puisqu’elles sont toutes différentes. Il y a par exemple la situation problème. On peut bien sûr continuer d’utiliser le cours magistral mais il sera toujours plus efficace si il est précédé d’une accroche problème, ou si il démarre des suppositions des élèves et se déroule dans une conversation.

On peut aussi utiliser le montage documentaire avec des recherches par petit groupe et une valorisation suivie d’une réponse du maître. (situation problème associée au travail autonome). sur une question qui soulève un débat on peut organiser un débat de preuves: recherches doc étayant la thèse par petit groupe, désignation d’un champion puis aménagement de la salle en table ronde pour les “champions” de chaque groupe puis débat des champions élargi à tous au bout de trente minutes.

On peut enchaîner des situations problème (une par petit groupe) pour un rendu cohérent en grand groupe de chaque sujet. Les ateliers d’écriture peuvent servir de déclencheurs, débloqueurs, expresseur, mettent en lumière les représentations des apprenants, utilisés pour commémorer des anniversaires historiques (Michel Huber est prof d’histoire géo). On peut aussi organiser des jeux de simulation. des jeux courts ou longs d’introduction ou qui soutiennent le fond pendant plusieurs semaines, ou des jeux de plateaux ou interactifs si il y a plus de dix participants. les jeux mettent en scène des énigmes, situations-problèmes…

Mixer toutes ces pédagogies est essentiel. Les projets-élèves sont des locomotives auxquelles accrocher d’autres wagons (évitons la monotonie). Le livre s’achève sur des questions et une formation pour les professeur avec des exercices et des retours à faire collectivement dans son école. en conclusion la pédagogie par projet réponds à notre société caractérisée par une révolution de l’intelligence : l’explosion des savoirs et des accès aux savoirs, l’avènement de la transdisciplinarité, de la pensée complexe. après le tps des savoirs puis des capacités, voilà celui des compétences. il convient d’inventer en mouvement dans un flux rapide. 

Pour aller plus loin quelques lectures possibles :

Une école de musique active mémoire du cef de Nicolas Diago Nicolas Diago envisage une école de musique basée sur la pédagogie Freinet
http://www.cefedem-aura.org/sites/default/files/recherche/memoire/diago.pdf
https://sites.google.com/site/stiprojetvae/situation-probleme/pedagogie-du-projet

 

| Fonctionnement de lieux voués à la production et la transmission de la musique  |

 

Au cours du séminaire, le questionnement des membres de la promotion a fait apparaître que si souvent les lieux existent avec des salles de spectacles, des salles de travail, des postes de travail, aucun fonctionnement metttant en relation la production artistique et l'école de musique n'est en oeuvre. Nous avons donc réalisé une liste de présupposés pour nous aider à créer des fonctionnements adaptés aux lieux qui existent déjà :

 

1) Des pros au travail, des observateurs viennent et peuvent devenir des accompagnés : l'organisation du temps de travail est détaillée entre pédagogique et quelque chose d'autre qui inclut la production professionnelle sur place ; 

2) Des entrées public variées : différencier observateur de découvreur, d'utilisateur guidé, de participant à un atelier guidé...

3) Penser la démocratie: réunions / instances définies dans le temps en groupes pas trop grands. la réflexion doit être permanente et maintenue. Il faut prendre en compte le politique. Les réunions concernent aussi les élèves et les utilisateurs dans un espace non-hostile ; 

4) Des outils administratifs adaptés à un nouveau fonctionnement que ce soit en terme d'espace, d'emploi ou de publics ; 

5) Raisonner en terme de territoire : lieux multiples à visiter et prendre en compte ;

6) Les élèves sont organisateurs du lieu : concertation d'élèves et projets accompagnés même pour les petits ;

7) Utiliser les contraintes du lieu et des dispositifs faisables tels EPO . Détourner le lieu, admettre le provisoire, le changement. Ne pas appliquer des solutions extérieures mais chercher ce qui fait l'unicité de chaque lieu ;

8) Mise en relation vers l'extérieur (personnes, lieux, associations...) ;

9) Propositions pédagogiques variées et concrètes tournées vers d'autres activités et possibles jusqu'à la professionalisation ; 

10) Pertinence de la médiation pensée avec la réalité du terrain et les distances ce qui nécessite de penser la médiation (et la compter dans le travail à effectuer), des temps  d'observation, des réunions, de régler et formaliser le problème du temps en partant de la façon dont les gens habitent ou travaillent le territoire. Il faut pouvoir le partager et construire directement avec les responsables politiques ayant le pouvoir d'influer sur les choses. 

 

Conclusion  |

 

Aujourd'hui, certaines écoles de musique semblent sclérosées dans un fonctionnement calqué sur un modèle ancien et de plus en plus remis en question. Cependant, des idées surgissent ça et là et des musiciens s'engagent pour que cela change : il en va de la qualité et de la diversité de notre musique et personne d'autre ne peut s'investir pour faire évoluer la place de ces musique dans le quotidien et l'espace public. On peut tout à fait redonner du sens à l'enseignement musical en prenant appui sur des lieux de vie inspirants pour inventer des strucures de transmission alternatives et cela se fera en redéfinssant la place de l'élève et celle du professeur. En effet ces places semblent assez figées aujourd'hui et pourraient être remplacées par des nouvelles façons d'habiter la musique et sa transmission dans l'espace public. 

Share this post

Leave a comment

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.